Juchée sur des falaises de calcaire blanc hautes de soixante mètres,

Bonifacio ressemble à un vaisseau tourné vers le large. La ville se divise en deux parties bien distinctes : la marine, dans la ville basse, que l’on découvre, au fond d’un fjord de presque deux kilomètres de long. La ville haute, répartie sous les remparts de la marine, à laquelle on accède par la montée Rastello, vieille rampe pavée, coupée d’escaliers et de pas-d’âne.