Napoléon Bonaparte : aux origines de la légende

Napoléon Bonaparte : aux origines de la légende

2.0/5
5 votes
Noter

L'histoire du premier Empereur des Français

 

 

Quelles sont les origines de Napoléon ?

 

Après des siècles de domination génoise, les Français libérèrent en 1769 d'un joug contesté en écrasant à Ponte-Novu, les troupes du chef corse Pascal Paoli qui fuira en Grande-Bretagne. D'origine génoise et proche collaborateur de Paoli, Charles-Marie Bonaparte (en italien Carlo-Maria de Buonaparte) fuit alors le lieu du conflit avec sa femme enceinte pour échapper à l’armée française victorieuse. La fuite à travers le maquis de Charles et Letizia Ramolino déboucha - contre toute attente, sur une entente avec les Français. C'est donc à Ajaccio que la famille s'établit, et vît naître au mois d'août, Napoléon Bonaparte !

 

Par le biais d'une amitié solide avec le nouveau gouverneur de la Corse institué par les Gaulois - le comte de Marboeuf, la famille Bonaparte représenta rapidement la noblesse corse, alors nouvellement désignée à l’Assemblée Nationale. Ce rôle lui permit d'intercéder avec les autorités en faveur du peuple insulaire, autant que ses contacts offrirent à la fratrie une scolarité dans les écoles prestigieuses de la noblesse française.

 

 

Le saviez-vous ?

 

D'après certaines sources, les relations qui unissaient le père et la mère de Napoléon à Marboeuf, s'expliqueraient par l'attirance du comte breton pour la sublime Letizia Bonaparte née Ramolino ! Si certaines légendes attribuaient la naissance de Napoléon à une liaison adultérine entre Marboeuf et sa mère, elles furent réfutées par plusieurs personnages contemporains. Des recherches ADN auraient en outre prouvé que le sang de Louis (10ème des 14 enfants de la fratrie Bonaparte) n'était pas le même que celui de son prétendu frère Empereur... Quoiqu'il en soit, qu'importe les mobiles qui poussèrent le gouverneur de l'île à se rapprocher de Charles et Letizia, leur proximité joua assurément un rôle prépondérant dans l'histoire napoléonienne.

C'est donc à l'âge de 9 ans que Napoléon fut envoyé à l'académie militaire de Brienne, institution spécialement créée pour enseigner aux fils de l'aristocratie les responsabilités de leur statut. Peu intégré, il se dédiera à la lecture, l'écriture et au jardinage. Mais sa carrière militaire n'est pas terminée !

 

 

Du jeune militaire au consul populaire

 

Après 5 ans passés à apprendre les rudiments des armées, c'est en 1784 que Napoléon rejoignit l’École Militaire exclusive à Paris pour y étudier l’artillerie. Puis, alors qu'il avait 20 ans, éclatât la Révolution à Paris, dans laquelle il fut engagé. L'ascension de Napoléon n'en était alors qu'à ses débuts : nommé général de Brigade, toujours opportuniste et ambitieux, il obtint l’autorisation de son régiment, rentra à Ajaccio, rejoignit le mouvement jacobin local et - cherchant un colonel dans la milice corse - défendit avec enthousiasme les intérêts de la Révolution. Après une tentative infructueuse d’arracher le contrôle de la Citadelle à des sympathisants royalistes qui lui vaudra le blâme en juin 1793, Napoléon et sa famille furent renvoyés sur le continent par les paolistes. Dès lors, il décida d'abandonner l'allégeance particulière qu’il avait pour la Corse et francisa l’orthographe de son nom, préférant Napoléon à son nom de baptême Napoleone Buonaparte. Et, même s’il parlerait plus tard avec nostalgie des odeurs de la campagne corse, il mit sa ville natale au quatrième rang des lieux sur lesquels il souhaitait être enterré.

 

Outre cet épisode au cours duquel le vaillant Génois perdit en popularité, un événement redora son blason. Le coup d'état parlementaire du 18 brumaire (9-10 novembre 1799) le propulsa au rang de consul à vie. La popularité du jeune trentenaire n'était plus à prouver, puisqu'il fut élu à 3 500 000 voix contre 8 400. Son avidité de gloire et de pouvoir ne s'arrêta toutefois pas là.

 

 

En 1804, du mythe à la réalité, l'Empire apparaît

 

Le 18 mai 1804, on mit enfin un nom sur les réussites de Napoléon : l'Empire fut enfin proclamé. C'est 7 mois après, que le jeune Génois que rien n'a jamais arrêté, fut sacré par le pape Pie VII à la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. S'ensuivirent alors de nombreuses batailles (dont la bataille d'Austerlitz est la plus connue) au cours desquelles le premier empereur des Français eut à chaque fois l'occasion de montrer sa ténacité et sa volonté de défendre la liberté des peuples.

 

 

En France, qu'est-ce que son empire a créé ?

 

Aimé pour son courage ou détesté pour son despotisme, Napoléon fut au fil de son parcours, l'initiateur d'institutions, d'exploits et de réformes dont la France (et même l'Europe !) bénéficie encore de nos jours. Parmi ses réalisations figurent notamment : la création de la Banque de France, de la légion d'honneur et de l'université impériale, l'établissement du baccalauréat ou bien la rédaction du code civil, harmonisant l'application des lois sur l'ensemble du territoire français.

 

 

Une hégémonie européenne

 

Si au cours de ses différentes entreprises pour la France, Napoléon vécut victoire sur victoire, son influence ne s'arrêta pas aux frontières gauloises...

130, c'est le nombre de départements que dirigeait l'Empire construit par la famille Bonaparte au début du 19ème siècle, étendu sur l'ensemble de l'Europe. Si Napoléon dirigeait la France, il investit ses frères à la tête de plusieurs royaumes. Entre autres, Joseph fut Roi de Naples et d'Espagne, Pauline devint Princesse d'Italie, Louis dirigea le Royaume de Hollande... La véritable hégémonie napoléonienne croissait, avec comme moteur, un népotisme qui valut à l'Empereur de nombreuses critiques au fil de l'Histoire.

 

 

 

La fin du règne et la mort de Napoléon : 1821

 

Détestant profondément l'Angleterre, Napoléon s'insurgea, en 1810, des pratiques commerciales du tsar Alexandre 1er qu'il juge favorables à cet ennemi juré d'Outre-Manche. Ce désaccord le poussa à mener une campagne en Russie, au cours de laquelle sa coalition de plus de 600 000 hommes issus de 20 nations, se trouva prise au piège des tactiques militaires d'une armée russe moins nombreuse. Les steppes gelées, maladies et incendies - sur les rives de la Bérézina et à Moscou notamment, ravagèrent les hommes de Bonaparte, leur infligeant une défaite cuisante. L'Empire bascula...

 

En 1815, la France affaiblie et ruinée par son échec à Leipzig, subit occupation et pertes de territoire. Si jusqu'ici Napoléon avait gagné le cœur d'hommes et femmes désireux d'ancrer la puissance de l'Empire à l'échelle internationale, beaucoup s'avouèrent déçus de ces violentes défaites orientales. Après un exil imposé sur l'île d'Elbe, l'Empereur se rend à l'Angleterre, qui l'exila à Longwood (Sainte-Hélène), sous la bonne garde de 2000 soldats. Dans une extrême solitude bien qu'entouré de 4 fidèles dont l'écrivain Las Cases, c'est à 51 ans, le 5 mai 1821, que Napoléon Bonaparte mourut. Il repose depuis, au tombeau des Invalides.

 

L'Empereur eut une vie trépidante au cours de laquelle il laissa une véritable empreinte dans l'Histoire ; vie de victoires mais aussi de défaites, fussent-elles militaires ou sentimentales. Par exemple, avant de partir pour la campagne d'Italie en 1796, il épousa Joséphine de Beauharnais, laquelle semblait insensible à son amour. Témoin le retour qu'il lui formula : "Vous toi-même ? Ah mauvaise comment as-tu pu écrire cette lettre ! Qu'elle est froide !". En 1809, Napoléon voulant fonder une famille tandis que son épouse était stérile, les deux amants divorcèrent. Les nombreux écrits de Napoléon, dont ses échanges épistolaires avec sa première femme (ainsi qu'avec la famille de sa deuxième épouse, Marie-Louise d'Autriche), montrent à quel point le guerrier était avant tout un homme qui pouvait aussi éprouver des sentiments.

 

 

 

Un circuit impérial à Ajaccio

 

Durant votre séjour à Ajaccio, en Corse-du-Sud, n’hésitez pas à entreprendre le circuit impérial retraçant la vie de Napoléon Bonaparte enfant. Une promenade historique commençant à l’échauguette de la Citadelle. Bien qu'elle ne soit aujourd'hui pas accessible car occupée par l’armée, la Citadelle est toutefois perceptible en promenade le long du boulevard Danielle Casanova et du quai Napoléon.

 

Petit détour à ne pas manquer, le petit musée privé du Capitellu, installé dans un bâtiment datant de l’époque génoise. On n’oubliera pas non plus le musée A Bandera. Les grandes figures historiques de la Corse, Sampiero Corso, Pascal Paoli et Napoléon Bonaparte y sont figurées.

 

Un circuit qui se prolonge rue Saint-Charles devant la maison familiale de l’Empereur qui devint un musée national en 1967. Plus loin, la cathédrale d’Ajaccio, lieu de culte de la famille Bonaparte et où fut baptisé le jeune Napoléon. Rendez-vous ensuite jusqu’à la rue Bonaparte, « la Carrughiu drittu ». Débouchant sur la place du maréchal Foch où trône la fameuse statue de Bonaparte aux Lions puis plus loin le palais Fesch, dominant le port et largement ouvert sur la ville.

Si vous visitez Ajaccio au mois d’août, ne manquez pas la parade et les journées napoléoniennes qui animent les rues d’Ajaccio !

 

 

Nos conseillers sur place sont à votre écoute pour préparer avec vous un circuit personnalisé selon vos goûts et vos envies, sur les routes de l'histoire !

5 personnes ont déjà voté

Donnez-nous votre avis sur cet article

Donnez-nous votre avis sur cet article